Des dieux européens et leurs caprices avec 'Le Caprice des dieux"

#lecapricedesdieux #TinaNoiret

 

« Parce que justement le monde ne tourne pas rond. »

Est-ce parce que le monde ne tourne pas rond qu’une jeune femme étrange, doctorante en lettres, s’en vient dans les frimas de novembre rencontrer un eurodéputé pour lui présenter un projet d’égalité des chances ? C’est le point de départ du récit et l’on sent que des cataclysmes ont eu lieu, des événements dont il reste des traces prises dans un texte qui ne dit pas tout ou même dans les pierres des édifices. Après moi le déluge.

Subjuguée par la séduction de cet homme, Ariane – c’est le nom de l’héroïne, « l’éternelle victime » dans la mythologie grecque - tombe sous l'emprise de ce dieu qui la ravit en enfer. Pendant un temps indéfini, elle le suivra partout où il l’invite : Bruxelles, Luxembourg, Strasbourg. L’occasion pour nous d’entrer dans ces lieux et de voir ce qui s’y passe.

Ils s’aimeront, se désireront, à la folie. Ils s’écriront, jour et nuit, une correspondance hallucinée, troublante. Le virtuel aura leur peau. Ils espèreront, seront déçus. Ils s’aimeront, encore et encore. Jusqu’à la chute, que je ne dévoile pas, mais l’on peut dire qu’elle tombe comme un couperet. Tout à fait inattendu. Les Parques ont coupé le fil de leur destin, une coupure nette et irréversible.

« comme si Ariane avait des antennes, elle capte le monde en sténographie, le retranscrit consciencieusement sur son carnet, tâche dérisoire »

Avec ce récit tantôt banal tantôt cruel où deux êtres dont on perçoit les destins croisés s’exposent, Tina Noiret réussit la gageure de nous entraîner dans une écriture dont le fond est littéraire. Ariane est aussi le double de l’auteure qui part à la recherche du fil de son récit.

Avec une plume précieuse et acérée, elle décode nos préjugés. Pourquoi donc sommes-nous tous à ce point fascinés par le pouvoir et l’argent ? Qu’en coûte-t-il de chercher l’amour dans la haute société ? Qu’advient-il d’un amour mineur cantonné au corps ? Au-delà du simple roman, n’assiste-t-on pas à des rites antiques expiatoires ? L’expérience littéraire narrée ici fouille les tréfonds de l’âme humaine et de l’inconscient. Et s’il y a une morale, c’est que la puissance se trouve en nous-mêmes. Dans la nature, dans l’œuvre. Le politique n’est qu’un polichinelle. Dans l’amour, il n’y a de véritable objet que fantasmé.

« Les anciens dieux, les anciens dieux, se retournent vers nous, mais jamais seuls, ils vont par deux. »

Le Caprice des dieux est une tragédie moderne qui met en scène deux héros contemporains très attachants. Tour à tour absurdes, pathétiques et grandioses, ridicules et profonds, ils en disent bien plus sur nous-mêmes, notre vie et le monde qui nous entoure que ce que nous serions prêts à leur concéder a priori.

Plusieurs points de vue narrent cette histoire, un peu comme dans Le Bruit et la Fureur de Faulkner. C’est un grand roman, savamment construit, sous une humilité de bon aloi. Il y a plusieurs fils à l’histoire.

 

Ce que les lecteurs en disent :

 

"Comment ne pas se sentir sublimée par le style de l'auteur. Bien sûr Ariane est manipulée, par son innocence, par son jeune âge et par sa foie en l'être humain. Et la société nous pousse à croire en ces arcanes de pouvoir tels des dieux vivants férus de pouvoir... Il est normal qu'une femme innocente s'y perde et s'y brûle les ailes. Mais peut on sincèrement lui reprocher. Nous sommes tombées un jour face à un manipulateur narcissique... Nous restons des femmes. Merci à Tina Noiret pour son style particulier. Sa plume si fine et pourtant si juste. Elle a le talent des mots et nous celui de le lire. Alors laissez vous emportez par cette plume qui ne demande qu'à s'envoler."

"Une love story acide sur fond d’Europe"

"On est plonge immédiatement dans un monde étrange et envoutant, avec des personnages réels , de chair et d'os et à la sensualité poétique. Merci pour cette lecture passionnante. J'essaie de m'en arracher, mais j'y reviens toujours"

"Un moment de lecture intense et poignant. Merci à l'auteur pour ce voyage troublant.

"Le caprice des Dieux c’est l’histoire d’Ariane, une femme à la fois fragile et forte. Une jeune femme intelligente et pleine de vie.
Une histoire, une passion dévorante et destructrice va unir 2 êtres que tout oppose. C’est littéralement un voyage au cœur du monde impitoyable qu’est la politique. Sur un fond de romance, ce livre est une dénonciation et c’en est d’autant plus touchant.
Je ne vais pas vous le cacher, ce roman est particulier. C’est aussi complexe, il faut lire entre les lignes, imaginer et se laisser transporter car ce recit sort des sentiers battus. C’est étrange et particulièrement surprenant. Je ne m’attendais pas à ressentir tant d’émotions toutes plus contradictoires les unes que les autres : de l’admiration, de la fascination, du dévouement, de l’amour, de la frustration, de la peur, de la colere, de l’incompréhension, du courage… Un véritable cataclysme d’émotions.
Ariane est littéralement fascinée par la personne de Jason. On ressent très vite son admiration pour le personnage et bien vite cela se transforme en amour intense. Dans les écrits on ressent cet amour dévorant. Comme s'il était tout. Mais l’est-il vraiment ?
Je me suis très vite attachée au personnage d’Ariane. On peut facilement s’identifier à elle.
Jason quand à lui est plus difficile à cerner. J’ai eu plus de mal avec ce personnage.
Ce caprice c’est une tragédie moderne au cœur du monde politique, au sein du parlement européen.
Ce caprice , c’est aussi un voyage clin d’œil aux dieux de l’antiquité. Les bâtiments européens deviennent des personnes à part entière. C’est surprenant, étrange et désinvolte.
L’auteur nous fait voyager entre passé/ présent, rêve et réalité mais toujours avec une fluidité surprenante et envoûtante.
Chapeau à l’auteur car j’ai voyagé, j’ai appris, j’ai souri, j’ai été révoltée… Entre humour, suspense, rebondissements, amour, trahison… On ne s’ennuie pas."

"Le tout est divinement bien rédigé. La plume est poétique et envoûtante. Le langage est riche et descriptif, pour apporter le plus de précisions et de descriptions possibles sans que cela ne devienne trop lourd. C’est fluide, percutant et poignant."

"L’histoire, plutôt la tragédie passionnelle prime sur le fond, ce livre vaut la peine d’être lu; juste pour le faire voyager et porter un autre regard sur le monde qui nous entoure."

Découverte d’un système humain européen voire mondial

Dans ce texte fulgurant, on est bien loin de la médiatisation et de l’information générale mais tout proche d’un point de vue très personnel et très averti.
Cette observation des caractères pour en faire des figures tragiques dans un monde désenchanté, ne fait pas l’impasse de passages très humains. J’ai eu un petit sourire quand l’héroïne, en pleine réunion dans un bar du parlement se souvient qu’elle a laissé la fenêtre ouverte … et le dialogue intérieur qui s’ensuit. Va-t-elle rentrer chez elle pour la fermer, en aura-t-elle le temps, etc … ?
Ce genre de détails très subtils font tout l’intérêt de ce livre. C’est une autre dimension, toute empreinte d’humanité. C’est un témoin, il est vivant dedans. Son personnage est vraiment attachant, humain.
La verve et la lucidité de l’auteure sont vraiment étonnantes, on n’est pas habitué à un style aussi acerbe et flamboyant. Celui qui lit ce livre n’aura plus jamais le même regard sur les institutions et la hiérarchie. Exceptionnel !"
"Un superbe roman qui montre le fonctionnement ou plutôt le mauvais fonctionnement actuel à l'intérieur des bureaux de l'Europe. À LIRE VRAIMENT ( pour moins de 3€). En espérant une nouvelle Europe, plus humaine ."
Une description de la technocratie et des élus européens fascinante , manifestement vécue de l'intérieur avec de profondes blessures...Les bâtiments européens sont , à eux tous seuls, des personnages vivants , étonnants ! Je me suis très vite , dès les premières pages , attaché à l'héroïne , avec une grande sympathie (au sens étymologique) , si bien décrite , avec fulgurances sombres d'une écriture très personnelle . Tina Noiret est , de toute évidence , un auteur à suivre.
Le Caprice des Dieux", autre nom du parlement européen. Je ne connaissais pas jusqu'à ce que je lise ce roman de Noiret Tina... Histoire d'amour dans un monde de requins définit et décrit d'une manière à la fois glauque, précise et suggérée... On y découvre un monde de députés fainéants, payés à ne rien faire et s'ennuyant à mourir chargés de responsabilités qui leur échappent... tant elles manquent de précisions et de définition.. J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire... Il est extrêmement bien écrit et parle aux coeurs qui ont connu les affres de la passion...
François SAGAN a dit "j'ai aimé jusqu'à atteindre la folie, ce que certains appellent la folie mais qui, pour moi, est la seule façon d'aimer". Le roman de Tina TOIRET est l'expression d'un amour passionnel, vertigineux, au-delà des mots et du coeur... Sa description tout en finesse et suggestion des sentiments de son héroïne nous emporte au fin fond des tourments du désir, de cette lutte acharnée contre cette émotion qui la l'entraîne de façon inéluctable vers sa perte, en toute conscience. Tous ceux qui ont, un jour, aimé passionnément, se retrouveront dans ce livre....
Ce roman interroge le statut de la fiction et aborde divers genres de narration. On peut l'envisager au départ comme un roman d' initiation au parlement européen. Mais le parcours de "la jeune naïve" se complexifie : l'intrigue sentimentale est également le lieu d'une réflexion sur les liens entre le pouvoir et la justice.
C'est ainsi un roman-somme à la fois analyse, autofiction et satire. L'histoire d'amour se déploie avec des zones d'ombre sans cesse plus abyssales car l'héroïne ne peut se résoudre à une certaine "banalité du mal". Du coup, elle plonge dans les cercles d'un enfer dont elle ne connaît les rouages que depuis qu'elle en est devenue l'écrivain. Ce qui a retenu mon attention, c'est également que ce roman contient en germe mille prochaines histoires pour son auteur qui n'aura qu'à dévider tous les fils de ce tissu bigarré."
 Un véritable voyage, une tragédie moderne, une plume poetique, une histoire poignante : un livre à lire
Un moment de lecture intense et poignant. Merci à l'auteur pour ce voyage troublant.

Une femme, Ariane, a rendez-vous avec un eurodéputé Jason Brandais spécialiste de l’économie sociale pour parler de son projet « Femmes africaines et technologies ». Elle va tomber sous le charme de cet homme manipulateur, destructeur, beau parleur et séducteur. Homme à femmes, il multiplie les conquêtes et ne rompt jamais mais il dit n’en aimer qu’une, la sienne, Faustine. En réalité, seule sa carrière lui importe. Ecrivain à l’ego surdimensionné, il pense être le seul à pouvoir représenter les français. C’est un expert de la trahison amoureuse qui adore s’écouter parler.

Ariane est une femme idéaliste, à la fois forte et fragile. Avec elle, nous découvrons l’envers du décor, le fonctionnement des institutions européennes gangrenées par la corruption, le sexe, l’ennui, la fainéantise. On sent qu’elle aime Jason dans sa façon de le décrire, de l’observer. Elle est subjuguée, il la fascine et cette fascination transparaît dans l’écriture de Tina Noiret. C’est l’histoire d’une passion déchirante, destructrice entre un homme de pouvoir au cœur d’artichaut, charismatique à l’extrême, multipliant les vies parallèles et d’une femme écrivaine rêveuse et sensible qui se fait manipuler par un pervers narcissique. Tout est suggéré, décrit avec délicatesse.

C’est également un voyage au pays des livres et des auteurs, Sénèque, Eschyle, Euripide, Racine, Corneille, Homère… Un voyage où nous rencontrons les Dieux de l’Antiquité.

Pour finir, je dirai que l’on ne ressort pas indemne d’une telle lecture. Il est facile de dénigrer Jason lorsqu’on est en dehors de l’histoire mais Ariane m’a rejointe en profondeur, j’ai retrouvé en Jason certains traits de caractère rencontrés au cours de ma vie.